Le centre d’entraînement de l’hippodrome de Moulins est l’un des plus importants de la région. L’activité y est quotidienne et intense. Turfistes, restez dans la course, vivez une expérience unique !

Non seulement nous avons eu accès aux écuries, observé la préparation des champions, mais nous avons eu l’immense privilège de monter à bord du véhicule de Roger Winkel, président de la Société des courses de Moulins, et suivre les chevaux de près, à l’entraînement, depuis l’intérieur de la piste. Une visite insolite, très sympathique, où nous avons appris énormément de choses sur le monde des courses hippiques.

« L’hippodrome de Moulins, avec ses vingt sept hectares de piste, est classé pôle régional avec comme particularité d’organiser des courses dans toutes les disciplines, plat, trot, obstacle, steeple-chase, haies et cross country. Ce qui fait la qualité de notre hippodrome, c’est la qualité de ses pistes. Nous organisons dix réunions par an dont deux premium. Le centre d’entraînement existe depuis 1875 sur le site actuel, et pour aller encore plus loin depuis 1850 au lieu-dit Les Roques à Avermes. Aujourd’hui, quatre entraîneurs, dont trois de galop et un en trot, sont installés avec leur propre personnel sur le site et y travaillent tous les jours », nous raconte Mr Winkel, ancien gentleman rider, commissaire de course, éleveur de chevaux et surtout passionné depuis son plus jeune âge.

A notre arrivée, la journée commence pour les 130 chevaux et les salariés du centre d’entraînement. Nous suivons Augustin Adeline de Boisbrunet, entraîneur de 70 chevaux qui lui sont confiés au centre d’entraînement de Moulins depuis 2012. Parmi ses pensionnaires, certains chevaux de course des lauréats de grands prix nationaux. Notamment, Cosi Fan Tutte, qui a gagné la grande course de haies à Lyon, mais aussi Saint Sonnet qui a gagné le prix Chalet, une belle course à Auteuil. Nettoyage des boxes, mise en place des nids douillets, paille et copeaux de bois, les chevaux sont nourris, et l’on vérifie leur forme et leur santé. Au sein de l’écurie règne une ambiance apaisante, tout va très vite, mais dans un calme étonnant, sans bruit ni geste brusque qui pourraient effrayer les chevaux. Ceux qui vont s’entraîner sont préparés et équipés prêts à être monter par un lad, qui veut dire jockey d’entraînement. Ceux qui arrivent sont choyés comme il se doit. Augustin suit ses athlètes de très près. Ce passionné, ancien jockey, est vrai un chef d’entreprise, il entraîne les chevaux pour le compte de propriétaires et assure toutes les fonctions liées à la direction d’une écurie : la gestion quotidienne du personnel, la relation avec les propriétaires, etc. Avec son équipe constituée de cavaliers d’entraînement de chevaux et de jockeys, il planifie et met en œuvre l’entraînement des chevaux qui lui sont confiés par les propriétaires. Il engage les chevaux dans les courses et y assiste. « J’aime mon métier, les chevaux que j’entraîne sont des athlètes de haut niveau, c’est un vrai challenge que de les amener sur des grandes courses, je suis passionné depuis tout petit par le monde hippique, c’était une finalité de devenir entraîneur », dixit Augustin.

Un entraînement méthodique

Les chevaux ne sont pas entraînés tous en même temps. Répartis en lots, ils forment des groupes homogènes selon leurs spécificités. Chaque lot a son heure d’entraînement, ainsi par exemple les chevaux les plus rapides destinés à concourir très vite sortiront avant le lever du jour pour une séance de 1 à 1h30. A l’instar des humains, ils commencent à s’échauffer : d’abord au pas pour délier leurs muscles puis au trot et ensuite au galop de chasse, un galop en fait plus lent destiné à former leur musculature. Seulement après, le lad se met en position de jockey. Les entraînements de chaque lot, parfois jusqu’à 4 dans certaines écuries, s’égrènent au fil de la journée.

« Une des principales missions de la société des courses de Moulins, consiste à veiller aux pistes pour garantir aux entraîneurs un outil de travail de grande qualité. Le centre d’entraînement est ouvert tous les jours de l’année. Sécuriser la piste pour les chevaux, qui sont des athlètes de haut niveau, demeure notre priorité. On veille à l’entretien des pistes quotidiennement. On se doit de régler le moindre détail, le moindre trou à combler. Nous effectuons régulièrement des travaux pour avoir une piste de bonne qualité qui nous permet d’accueillir de bons chevaux et donc de belles courses », nous explique Roger.

Save The Date ! Date des réunions 2019
• Dimanche 14 avril : 4 Plats /3 Obstacles (2 Haies + 1 Cross) SEMI PREMIUM
• Samedi 27 avril : 8 Trots
• Dimanche 12 mai : Hippodrome en fête 4 Plats / 5 Obstacles (3 Haies + 2 Cross)
• Dimanche 2 juin : 5 Plats / 4 Obstacles (3 haies + 1 cross)
• Mardi 13 août : 9 Plats – PREMIUM
• Samedi 24 août : 6 Plats + 2 Haies – PREMIUM
• Samedi 5 octobre : 9 Trots
• Dimanche 27 octobre : 7 Obstacles (5 Haies + 2 Cross)

Le magazine de février 2019

Pin It on Pinterest

Share This