Jérôme Roussel,potier autour du thé

6 Mai 2018 | Allier, Rencontre

A l’occasion du marché de potiers qui se déroulera à Neuvy le samedi 9 et dimanche 10 juin, nous avons rencontré Jérôme Roussel, céramiste à Cusset, spécialisé dans l’art de prendre le thé.

L’histoire de Jérôme Roussel est celle d’une reconversion professionnelle, il y a 4 ans, motivée par un irrépressible désir de créer.

« Dans mon ancien boulot, j’avais cette impression d’incomplétude vis-à-vis du travail réalisé. Aujourd’hui je façonne, je m’engage, je m’implique. Au départ, peu m’importais le secteur artisanal, le principal était que je créé et que je trouve un moyen de me réaliser » nous raconte Jérôme.

A l’occasion d’une visite dans un salon d’artisans, il rencontre une potière qui le convainc de participer à un atelier de tournage où il découvre le travail de l’argile. Cette expérience changera sa vie et il opèrera une reconversion professionnelle radicale dans l’artisanat.

« J’ai alors développé un business plan pour pouvoir faire des demandes de financement et intégrer le Centre international de formation aux métiers d’art et de la céramique en Bourgogne. Après avoir suivi cette formation de qualité, je me suis installé à mon compte en 2014 à Cusset. Depuis, je consacre le plus clair de mon temps à mon activité de céramiste et à mon travail autour du thé. »

Jérôme précise : « En revanche,  j’ai gardé quand même la tête sur les épaules. Je voulais pouvoir vivre de mon projet et pour qu’il soit viable, j’ai réfléchis à une stratégie marketing. C’est pour cela que je me suis spécialisé dans le thé, aujourd’hui une boisson très répandue en France. Or, chaque culture dans le monde a sa façon de boire le thé. Cela m’a donc paru intéressant de creuser le sujet. Après mes premiers travaux de création de théière, j’ai vite compris que mon cœur de cible était les amateurs de thé. Ce constat m’a alors donné envie d’en apprendre plus sur l’univers du thé

Il voyage et découvre auprès d’amateurs et de spécialistes toutes les nombreuses subtilités de l’art du thé et une culture d’une grande sophistication. « Je l’explore par une pratique quotidienne, pour que l’expérience se transforme en qualités concrètes et utiles pour les pièces. »

La dégustation de thé constitue un art dont il est important de connaître les règles précises afin de savourer pleinement tous les arômes de son thé. Température de l’eau, durée d’infusion, dosage, conservation sont des critères essentiels. Mais il est également important d’être bien équipé !

« Je fabrique des théières artisanales, des bouilloires en terre, des bateaux à thé, des bols à thé, des braseros… avec le sens du détail et le plaisir de la précision, pour que l’acheteur puisse profiter pleinement de son “instant thé. J’ai une centaine de théières à mon actif ! Depuis cette année, je fabrique également des jarres à thé pour sa conservation. Cet univers m’intéresse beaucoup et j’utilise ce support pour exprimer ma créativité. Je réalise des jarres destinées à la conservation des puerh (thé post-fermenté), des thés rouges, ou des wulong oxydés, mais je fabrique également des jarres beaucoup plus grosses, à vocation décorative.» sourit Jérôme.

L’importance des émaux

«  La recherche d’émaux prend une place importante dans mon travail. Bien que la terre brute serve de manière intéressante les théières, pour les yunomi (tasses japonaises à thé) et les bols à thé, c’est une autre histoire. L’émaillage participe grandement à l’intention et au caractère que je souhaite donner à une pièce. Je suis à la recherche d’un rendu le plus vivant possible et chaque émail est le fruit d’une recherche spécifique. D’ailleurs tous les ans, je profite du cadre du Centre International de Formation à la Céramique et de l’accompagnement de Patrick Buté pour lancer une nouvelle recherche et affiner ma compréhension dans ce domaine

La cuisson des théières artisanales en terre brute ou émaillées

Dans la céramique, le mode de cuisson influence énormément le rendu des pièces. Tout comme le façonnage ou l’émaillage, la cuisson est un domaine à part entière, qui nécessite de l’expérience pour arriver à “apprivoiser” le feu. En ce qui me concerne, je profite de chaque cuisson pour chercher à comprendre ce qui se passe dans le four et approfondir mes connaissances dans ce domaine et poursuivre mes recherches… J’utilise un four à gaz, et cuis en atmosphère réductrice, c’est-à-dire qu’à partir de 950°C, je vais réduire la présence d’oxygène dans le four. Ce phénomène va demander aux flammes de venir chercher à l’intérieur de la terre l’oxygène dont elles ont besoin pour subsister. Il résulte de ce procédé un rendu plus vivant, moins uniforme sur les pièces. Les émaux vont montrer des nuances différentes d’une pièce à l’autre, et la terre aura un caractère plus prononcé.

« Le chemin parcouru est magnifique, tant sur le plan de la matière que sur le plan humain. Le chemin qui reste à parcourir est immense, mais inspirant, plein de promesses et de mystères. Je m’y engage avec reconnaissance envers la vie et envers mes acquéreurs de France et du monde entier qui me font confiance. »

Vous pourrez découvrir l’univers de Jérôme sur des marchés, des maisons de thé, des boutiques spécialisées en France et à l’étranger mais aussi lors des Portes Ouvertes à son atelier de production à Cusset. Retrouvez aussi ses créations et l’actualité de Jérôme en ligne sur son site internet www.theiere-tasse.com

Retrouvez le magazine complet  de mai 2018

Contact

Jérôme Roussel alias “Jé le potier”
Tél. : 06 52 97 73 93
www.theiere-tasse.com


Pin It on Pinterest

Share This