Après une carrière bien remplie dans le cinéma, la musique et le théâtre, le breton Christian Leydet est venu s’installer à Saligny-sur-Roudon en 2014. L’artiste a continué de créer en développant un magnifique jardin d’iris sur une surface d’un peu moins d’un hectare. « Ça fait 10 ans que je suis passionné par cette fleur aux multiples richesses. C’est une amie qui m’a transmis ses connaissances des iris et de l’hybridation » précise le salignois. Son jardin a la particularité de compter près de 1800 variétés d’iris inscrites au répertoire de l’American Iris Society. Un record en Europe. Chacune d’entre elles portent un nom en lien avec leurs histoires.

Les iris, un patrimoine floral à conserver

L’hybridation est à la fois simple et compliquée. « Cela peut se faire en 3 minutes. On doit tenir compte de la généalogie des fleurs. Il faut ensuite attendre 4 à 5 ans pour que la première fleur pointe le bout de son nez. Cela demande de la patience. J’ai 1 chance sur 1000 d’arriver au résultat souhaité. Le succès n’est pas toujours au rendez-vous ». En 2018, Christian Leydet a réalisé 1000 semis devant lui permettre de donner vie à quelques nouvelles créations. Afin de sauvegarder et faire évoluer ce patrimoine floral, elles sont échangées avec des hybrideurs et des collectionneurs se trouvant dans plusieurs pays étrangers. Les iris du bourbonnais sont présents un peu partout dans le monde.

Ouverture du jardin au public

Pour la 5ème année consécutive, le jardin des iris sera ouvert pendant trois semaines en mai. 3000 à 4000 personnes sont accueillies chaque année dans un cadre bucolique situé au plein milieu de la campagne bourbonnaise. Le site offre une multitude d’iris colorés pour le grand plaisir des visiteurs. « Il y a des personnes de tous les horizons. Les échanges sont nombreux autour des iris. L’ambiance est conviviale » souligne l’hybrideur. Ce dernier proposera une animation pour faire découvrir l’hybridation. Il sera également possible de commander des rhizomes devant être plantés entre la mi-août et la mi-octobre ou de repartir avec des pots mottés à replanter dans la foulée. Le but de Christian Leydet est avant tout de valoriser le bourbonnais et de partager sa passion avec le public.

Le magazine d’avril 2019

Pin It on Pinterest

Share This