Il a fait de la qualité de vie au travail l’axe principal de son management. Nous sommes allées à sa rencontre.

Esprit Edition : Depuis quand la société Chevier existe-elle ?

Sébatien Chevrier : Le bureau d’études existe depuis 1987 mais j’en ai pris la direction en 2012 avec quatre salariés. Ma formation d’ingénieur ne me destinait pas au management et j’ai pris conscience très tôt de mes limites dans ce domaine. Mais j’étais certain d’une chose : il fallait me remettre en question pour le bien-être de mon entreprise.

Esprit Edition : Comment vous y êtes-vous pris ?

S.B. : A l’été 2016, j’ai décidé donc de m’interroger sur mon mode de « management » et j’ai découvert les vidéos de Jean-François Zobrist qui a développé toute une méthodologie sur cette thématique.  Je conseille de regarder une vidéo de cette personne qui nous prouve qu’un nouveau style de management est possible ! Moi-même je me suis reconnu dans ses propos. Mais il y a eu une nouvelle interrogation pour moi : comment les mettre en pratique ? 

Esprit édition : Quelle a été l’étape suivante ?

S.B. : En parallèle, ma femme faisait un Bilan de Talents avec Anne-Françoise de Talents en Je. Elle lui parle alors d’ «accompagnement », de « diagnostic »… Je me suis donc décidé à suivre une conférence et à rencontrer un coach en entreprise. Avec Anne-Françoise, j’ai donc fait un bilan de Talents pendant 2 mois en 2017. Cet accompagnement m’a permis d’exposer mes attentes, mes problématiques, là où j’étais coincé dans mes réflexions, et de trouver des réponses à mes questions. Par exemple, j’ai reçu des conseils en relation et en communication à mettre en pratique lors des réunions avec mes employés. Progressivement, toutes ces réflexions m’ont finalement fait prendre conscience que si ce bilan était nécessaire pour moi il le serait aussi pour toute mon équipe.

Esprit Edition : Et vos collaborateurs ont joué le jeu ?

S.B. : Oui, mes 12 salariés ont passé un bilan complet ! A la clef, ils ont bénéficié d’une reconnaissance des talents naturels et des compétences de chacun et dans certains cas d’une réadaptation et de meilleures conditions de travail.

Esprit édition : Quel a été votre axe de progrès en définitive ?

S.B. : La communication ! La base d’un bon management est l’écoute et le dialogue. Pas toujours évident et pas toujours inné comme qualité mais importantes pour manager des salariés. C’était pour moi un exercice difficile. En face d’une personne anxieuse ou d’un individu ayant des troubles du comportement même modérés, le dialogue n’était parfois pas adapté et il pouvait donc se créer des tensions. Dans le cadre de « Talent en Je », il y a un bilan de comportement qui permet de mieux appréhender et mieux gérer les personnalités de chacun. Depuis, le relationnel est différent et plus serein au sein de l’équipe. Je prends conscience que chaque poste correspond à des capacités naturelles et à une personnalité, donc en adaptant les tâches de chacun, on peut réellement changer la productivité et le bien-être au quotidien.

Esprit édition : Vous avez à présent une vision plus précise du management ?

S.B. : Quand on pense à l’étymologie du mot Manager, je préfère aujourd’hui le sens datant du XVIe siècle, « ménager », qui signifie manager avec ménagement de la version Italienne « prendre en main » que le verbe anglais « to manage » qui ne prend pas en compte l’aspect humain.

Esprit édition : Ce bilan a donc été plus que positif ?

S.B. : Cet investissement a permis une nouvelle dynamique à l’entreprise et m’a conforté dans l’exercice d’un chef d’entreprise à l’écoute. Mon équipe a pu gagner en autonomie, en confiance et donc en productivité. Aujourd’hui, je m’appuie toujours sur l’expertise d’Anne Françoise. Dès que j’ai un doute, une interrogation ou un projet, je la contacte et nous échangeons sur les pistes d’amélioration possibles. Autre point positif, l’entreprise a vu son chiffre d’affaires augmenter ainsi que le nombre de ses salariés, nous sommes passés à 13, ce qui montre l’efficacité de cet accompagnement.
 
Depuis, Sébastien a mis en place tous les 2 jours des rendez-vous « compte rendu en équipe », tous les mois, un bilan d’entreprise avec une présentation tout en transparence de son évolution aux salariés, des repas d’entreprise… Les objectifs à l’embauche sont devenus également différents Sébastien privilégie aujourd’hui les talents naturels et l’adaptation optimale du candidat au poste.

Le magazine de septembre 2019

Pin It on Pinterest

Share This