Pendant plusieurs mois, l’équipe de l’Unité Enfants du service de Psychiatrie Infanto-juvénile du Centre Hospitalier de Moulins Yzeure a travaillé sur la mise en place de l’intervention d’un clown auprès des enfants.

Cette unité accueille en hospitalisation de semaine, du lundi au vendredi et en hospitalisation de jour des enfants âgés de 6 à 12 ans qui présentent pour l’essentiel des troubles du comportement en lien soit avec des troubles de l’Attachement soit des troubles du spectre de l’Autisme. La demande de soins, faite sur orientation médicale, revient aux détenteurs de l’autorité parentale.

Le temps de l’hospitalisation a pour objectif soit de prendre en charge un épisode aigu, soit de réaliser un bilan diagnostic avec des propositions d’orientation, soit de proposer un temps de renforcement des soins et répit pour des enfants dont les troubles sont inscrits dans la durée.

En Psychiatrie et tout particulièrement en Psychiatrie infanto-juvénile, les soins, outre un abord biologique, reposent sur des soins relationnels : écouter, prendre en compte, apaiser, contenir psychiquement, redonner confiance, renforcer l’estime de soi. Les médiations, par exemple la médiation animale, les médiations culturelles, les pratiques sportives adaptées mais aussi les approches artistiques (art-thérapie, interventions d’artistes) sont d’excellents outils pour ces soins relationnels.

C’est dans cette équipe dynamique que le médecin, cadres et soignants ont réfléchi à l’intervention d’un artiste clown sur l’Unité Enfants.

Le clown est un artiste qui ne se positionne pas en tant que soignant, il intervient sur des temps déterminés avec les équipes soignantes. Tout clown qu’il est, c’est un vrai travail, sérieux.

Le clown se positionne en tant qu’être poreux, non jugeant qui reçoit et transforme, reflète avec délicatesse et humour ce qu’il peut rencontrer. Le clown se met à la portée, sans forcer, il va chercher la relation. C’est un personnage, par principe, plein d’optimisme et l’idée étant que son optimisme soit contagieux, C’est un individu naïf, maladroit, et auquel il est possible de s’identifier, il ouvre des possibles. Il est par principe empathique. L’idée de cette intervention clown est de jouer, de rire, ici et maintenant, instant après instant, de s’ajuster à la rencontre, de façon poétique. Le clown est tout simplement humain et dédramatise les situations. C’est également pour les soigants accompagnants la possibilité de partager avec les enfants un moment de détente et de les découvrir autrement.

L’artiste qui va intervenir est Frédérique de Givry alias Youri, elle est un clown aguerri qui au delà de son parcours artistique propre, intervient depuis près de 10 ans dans un service de Psychiatrie infanto-juvénile auprès d’enfants porteurs d’un trouble du spectre de l’autisme notamment, et fait des interventions dans le champs de la prévention avec des acteurs sociaux auprès de jeunes en difficulté. Son intervention peut apporter aux enfants, et aussi aux soignants, un moment simple de respiration, d’authenticité, de joie de vivre, d’humour et être source de dynamisme et de généralisation pour diffuser dans la durée ses effets bénéfiques auprès des jeunes patients et des soignants.

Bon à savoir

La Caisse d’Epargne Auvergne-Limousin et le Kiwanis Moulins Femmes ont fait chacun un don qui financeront cette activité thérapeutique pour les enfants en pédopsychiatrie au CH de Moulins-Yzeure. Le club service féminin Kiwanis Moulins femmes en Bourbonnais a fait un chèque de 2000 euros qui est en partie le bénéfice de leur soirée théâtre avec la troupe : Le Hérisson, venue joué à Moulins en mars dernier et La Caisse d’Epargne Auvergne Limousin, un chèque de 2500 euros.



Etaient présents du CH Moulins, Mme Dumez, M. Bourgeot, M. Parrain, Dr Alexandre, Dr Faucher de la Caisse d’épargne, le directeur régional M. Fugier et ses collaborateurs, du Kiwanis, la présidente, Mme Naël et ses membres et Mme de Givry, intervenante “clown”.


Frédérique de Givry dans son rôle de “clown” en tenue de scène

Comédienne clown depuis 2004 et depuis 9 ans, Frédérique de Givry joue régulièrement en pédopsychiatrie auprès d’adolescents en mal être et d’enfants autistes et psychotiques à l’hôpital George Sand à Bourges. Elle interviendra désormais auprès des enfants du service de Psychiatrie Infanto-juvénile du Centre Hospitalier de Moulins/Yzeure.

Esprit Edition : Concrètement comment se déroulent vos interventions ?

Frédérique de Givry : A Moulins, je serais Youri en personnage de « clown » d’improvitation costumé. Mon intervention dure 1 heure et se fait sur prescription médicale. Je suis toujours accompagnée par des soignants. Je dois instaurer une relation de confiance au travers de petits instants de jeux. Je fais beaucoup d’improvisation, « je m’inspire d’eux ». Je les observe et vois comment on peut jouer ensemble. J’essaie toujours d’avoir un contact avec chacun d’eux puis tous ensemble. Nous travaillons sur le corps, le son, la voix. Il faut avoir beaucoup de patience pour entrer en

contact avec eux et surtout ne pas avoir d’attente précise. Il faut se saisir du moindre signe d’ouverture (regard, sourire). Je ne force pas. Je propose. Ils doivent venir d’eux-mémes. Je dois donc avoir une écoute importante pour voir et impliquer tout le monde. Le but, est de leur apporter de la joie de vivre, de créer un contact avec l’autre et de les faire progresser par rapport aux difficultés relationnelles qu’ils peuvent avoir.

Esprit Edition : Quelles sont, selon vous, les compétences et qualités nécessaires pour exercer ce métier ?

Frédérique de Givry : Il faut avoir de la joie de vivre, être très à l’écoute de l’autre et de soi. Il faut savoir être curieux de l’autre, surtout si c’est une personne en souffrance. Savoir l’observer et être ensuite très réactif pour trouver le moyen de lui apporter de la joie de vivre. On dit du clown que c’est un inadapté social. Tout est compliqué pour lui mais c’est un battant. II n’abandonne jamais. Et son côté naïf plait beaucoup. (Source : CH Bourges)

Le magazine de mai 2019

Pin It on Pinterest

Share This