Une championne bourbonnaise de BMX s’investit dans le développement du cyclisme féminin

Membre de la Commission Nationale Féminine de la Fédération Française de Cyclisme, la bourbonnaise Karine Chambonneau s’engage pour démocratiser la pratique sportive par les femmes. Elle veut montrer qu’il ne faut pas se mettre de barrières et vivre pleinement ses passions. Son slogan, le sport est accessible à toutes quelque soit le niveau.

Rencontre avec cette sportive accomplie possédant un palmarès exceptionnel en BMX grâce à une détermination sans faille : 2 titres de vice-championne du monde, vainqueur de la coupe du monde, championne d’Europe, championne de France à 4 reprises.

Esprit Edition : Comment expliquez-vous votre réussite au plus haut niveau ?

Karine Chambonneau : J’ai commencé le BMX à Yzeure en 1988 à l’âge de 9 ans. Nous étions que deux filles au sein du club. On s’entraînait comme les garçons. Le degré d’implication a beaucoup joué. J’avais une envie folle de gagner des courses et des titres. Mes parents et ma famille m’ont toujours soutenu à tous les niveaux pour que je puisse participer à des compétitions régionales puis nationales. J’ai été aidé par mon staff médical, les sponsors et les collectivités. C’est important d’être bien entouré. On m’a donné la possibilité de vivre ma passion dans un sport extrême et de m’épanouir dans un univers où les femmes étaient moins présentes que les hommes. Il fallait aussi être autonome dans la gestion de sa carrière. Après mon arrêt de la compétition provoqué par une blessure au plus mauvais moment lors de la qualification pour les Jeux Olympiques en 2008, je suis restée dans l’univers du BMX en devenant entraîneur au premier Pôle France jeunes à Bourges dans le but de transmettre mon expérience. Actuellement, je suis toujours entraîneur et j’organise des stages pour les jeunes.

Esprit Edition : Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans votre carrière de championne de BMX ?

Karine Chambonneau : J’ai quand même du m’imposer pour intégrer des teams et avoir la reconnaissance des instances fédérales. Les bons résultats obtenus ont rendu possible des partenariats avec des marques pour le financement de matériels. La pratique du BMX au plus haut niveau m’a demandé beaucoup de sacrifices pour exister dans une discipline peu médiatisée. C’est frustrant mais ce sport procure des sensations et des moments uniques. Je ne regrette pas mon parcours marqué par des rencontres magnifiques à travers le monde mais aussi au niveau local. Le BMX est un sport engagé qui demande de l’explosivité, de la vélocité et un gros mental. Je conseille de commencer par le BMX avant de faire du VTT ou du cyclisme sur route ou sur piste. Cette discipline accessible à tous permet de développer des habilités et des capacités physiques essentielles pour la pratique du deux-roues.

Karine Chambonneau à l’occasion de la coupe du monde en 2018 de Pump Track à Carpentras

CREDIT PHOTO
CP : Sebastien Arioli

Esprit Edition : Quel regard portez-vous sur la place de la femme dans le milieu du sport ?

Karine Chambonneau : Le milieu privé s’intéresse de plus en plus au sport extrême et à la pratique sportive des femmes qui sont aussi des consommatrices. Les enjeux sont importants. La féminisation du sport passe par la mise en place d’actions de communication appropriées. Un plan de féminisation a été lancé. La formation de femmes dirigeantes ou entraîneurs est un point important aussi bien au niveau associatif que fédéral. Il faut développer la médiatisation du sport féminin (plus de temps d’antenne à la télévision). L’évolution est positive mais il y a beaucoup de travail à faire pour que la présence des femmes soit naturelle. La mobilisation doit se poursuivre pour changer les mentalités que ce soit chez les hommes ou bien les femmes. Tout le monde doit être acteur du développement du sport féminin qui est une source d’émancipation pour les femmes. On ne doit plus être comparées aux hommes dans les pratiques sportives. Nous avons des corps différents et une manière de pratiquer qui peut être différente.

Esprit Edition : Quelle est votre rôle au sein de la Fédération Française de Cyclisme ?

Karine Chambonneau : Je suis membre de la Commission Nationale Féminine depuis presque 3 ans. Je joue le rôle d’interface entre le terrain et la Fédération. J’essaie d’être source de proposition sur les aspects réglementaires de la discipline, développement de nouvelles catégories et adaptation à l’évolution de la pratique féminine…, les sources de financement et les actions de communication pouvant être mises en place. Je fais des conférences sur le cyclisme féminin et indépendamment je suis titulaire d’un DU Préparatrice Mentale en complément d’être entraîneur.

Esprit Edition : Vous pratiquez désormais le pump track. Pouvez-vous nous parler de cette discipline ?

Karine Chambonneau : J’ai débuté le pump track il y a 4 ans. Je fais mon come-back après une petite dizaine d’années sans compétition. Cette discipline venant des États-Unis m’a permis de redécouvrir le BMX sous une autre forme, des efforts intenses mais plus courts. Je conserve les sensations du BMX. C’est plus axé sur le fun que le physique. Il y a moins de contraintes même si je m’entraîne régulièrement excepté l’hiver. Le but est avant tout de conserver une activité physique. J’ai toujours un style de vie adapté à la pratique d’un sport de haut niveau. Chaque circuit est différent avec une alternance de bosses, virages et obstacles sur des pistes accessibles à plusieurs disciplines sportives : roller, skate et trottinette, etc. Le pump track rassemble des sportifs de tous les âges. Red Bull a organisé la première Coupe du Monde en 2018. J’ai terminé 4ème de la manche française disputée à Carpentras. Je n’ai pas pu participer à la finale mondiale aux États-Unis, faute de financement suffisant. Je vais continuer tant que mon corps me le permettra.

Plus d’infos :
http://www.chakrides.wixsite.com/chak.
Facebook : ChaK. Instagram : chakrides.

Mickael Charrondière

Le magazine du mois

JANVIER

Chaque mois, retrouvez votre magazine Esprit Sport et Bien-Être dans différents coins lecture de l’agglomération moulinoise et sur notre site internet. Bien-être, sport, nutrition, idée de sorties, famille… Des articles pour se sentir bien et connaître les actualités bien-être près de chez vous !

Et si on discutait ?

Lecteur avisé, partenaire en devenir ou bien amateur curieux d’une vie orientée bien-être et sport, n’hésitez-pas à nous contacter.

Esprit Edition – Julie Famin & Aude Avelin

Mail : espritedition@gmail.com
Facebook : Magazine Esprit Sport et Bien-Être
Instagram : Magazine Esprit Sport et Bien-Être

Pin It on Pinterest

Share This